A la lumière de la thérapie IFS (Système Intérieur Familial), cet article datant de 2016 apporte un éclairage d’actualité sur les élections présidentielles américaines de 2016…et aussi finalement sur celles de ce mois de novembre 2020.

Et face à un constat de division, de polarisations, de colère et de souffrance, la lecture  qu’offre le modèle IFS me donne de l’espoir et du baume au coeur, car ce modèle porte en lui-même un chemin d’amour et de réintégration dans l’unité, à partir du Self-leadership, tant au sein de notre propre système intérieur que dans celui de la société.

Aussi, l’angle de vue IFS me parait tout autant instructif et bénéfique pour nous aider à diagnostiquer l’état de notre propre corps politique en France, aujourd’hui…

 

L’amour, pas le pouvoir : diagnostiquer notre corps politique

10 octobre 2016
par Kody Wayne Cooper et brandon Wall

Depuis l’Antiquité, les théoriciens politiques ont établi des analogies entre le corps humain et le corps politique afin de comprendre à la fois les personnes individuelles et les ensembles sociaux. Platon a formulé une théorie tripartite de la ville, qui, selon lui, pourrait fournir un aperçu de la nature tripartite de l’âme. Aristote a fait une analogie entre la règle politique et le rapport de la raison aux passions. Thomas d’Aquin a comparé l’harmonie de la politique à l’équilibre des humeurs dans le corps. Hobbes pensait que les divers systèmes corporels avaient leurs homologues dans le corps politique.

De toute évidence, l’analogie entre les organes individuels et politiques peut fournir des informations clés sur la psychologie individuelle et la politique. Un nouveau modèle de la psyché, le modèle des Systèmes Familiaux Intérieurs, peut fournir des informations clés sur les phénomènes politiques dont nous avons été témoins aux États-Unis au cours de ce cycle électoral.

Systèmes Familiaux Interieurs (IFS)

L’idée de base du modèle IFS : la psyché est une pluralité dans l’unité

Le modèle de la psyché des Systèmes Familiaux Interieurs (IFS) a été développé par Richard Schwartz et ses collaborateurs au cours d’années de thérapie avec des victimes de traumatismes. L’idée de base est platonicienne dans l’esprit : la psyché est une pluralité dans l’unité. Dans la vision IFS, le soi peut être différencié des autres  « parties » de la personne en tant que centre compatissant et fort d’une personne. Ces autres «parties» peuvent être désignées de diverses manières. Au cours de la thérapie, certaines de ces parties se révèlent être des sortes de «sous-personnalités», un système mental avec des désirs, des croyances, des émotions et des visions du monde quasi autonomes.

Chez les personnes bien intégrées, le soi fonctionne comme le leader de la personne dans son ensemble. Il oriente les autres parties vers leur fin propre : l’épanouissement complet de l’individu. Chez les personnes psychologiquement abîmées ou non intégrées, les parties sont déséquilibrées. Il y a trois parties génériques, chacune avec divers rôles, qui se manifestent généralement dans la psyché abîmée: les exilés, les managers et les pompiers.

Les exilés sont des parties de personnes qui sont  abîmées par certains traumatismes, souvent (mais pas toujours) dans l’enfance. Ils sont généralement associés à des émotions négatives (mouvements appétitifs en relation avec un mal), telles que la honte, la culpabilité et la peur. Les victimes de traumatismes chercheront généralement à oublier cette horrible expérience en éloignant la partie blessée de leur esprit.

Les managers sont les parties qui orientent les choix d’une personne. Ils visent principalement à empêcher les exilés de s’infiltrer dans la conscience, par désir de se protéger. Il peut y avoir toutes sortes de managers qui fonctionnent différemment, selon le type d’exilés qu’une personne héberge. Ils cherchent généralement à garder la personne en maîtrise des situations et faire plaisir à ceux dont elles dépendent. Les managers manifesteront une rigidité et une sévérité dans la mesure où ils croient que le système risque d’être à nouveau blessé – soit par un autre, soit par l’apparition de leurs propres exilés.

Les managers apparaissent dans différents rôles. Il y a souvent un lutteur, qui pousse la personne vers l’accomplissement et la perfection, mais qui évite également les émotions. Et il y a un juge ou un critique, qui interpelle la personne et lui fait honte chaque fois qu’elle se livre à des comportements destructeurs. Mais il y a aussi un dénieur, qui écarte les perceptions et les déforme pour protéger la personne des critiques, et bien d’autres.

Les rôles des managers peuvent et fonctionnent effectivement pour aider une personne à vivre une vie florissante, mais ils peuvent aussi devenir pathologiques dans la mesure où ils fonctionnent pour maintenir les exilés en exil, pour empêcher ces parties d’avoir une interaction avec soi-même. Pourtant, les managers peuvent échouer dans cette tâche. Quand c’est le cas, la partie exilée menace de briser les digues de la psyché. Lorsque cela se produit, une autre partie, le pompier, se réveille et se précipite sur les lieux.

Les pompiers arrivent pour éteindre le feu émotionnel. Ils le font souvent en offrant une solution rapide pour asperger la personne d’un agent anesthésiant. Les pompiers sont souvent associés à des comportements addictifs, tels que la consommation d’alcool, la consommation de drogues, l’automutilation et une activité sexuelle déséquilibrée. Le besoin de garder les exilés à distance est tellement fort que le plan d’action suggéré par le pompier peut être ressenti comme une tentation presque écrasante.

Alors que les managers adoptent une approche très cérébrale pour traiter et maintenir à distance les exilés, les pompiers réagissent viscéralement après que les exilés se soient manifestés. Cela signifie souvent que les méthodes des pompiers sont passionnées et en discorde avec la juste raison. Souvent, des récriminations de la part de managers qui jugent s’en suivent. Cela peut à son tour déclencher davantage d’intrusions de la part des exilés, des réactions plus viscérales de la part des pompiers et plus de jugement de la part manager qui juge, créant un cercle vicieux.

Par exemple, l’un de nous (psychotérapeute) a traité une jeune femme qui hésitait entre manger excessivement et éviter l’effort physique, et avoir une alimentation extrêmement saine et restrictive tout en s’entraînant avec une telle intensité qu’elle en devenait en fait malsaine. Il s’avère qu’elle avait été molestée par son oncle. Au lieu de signaler les abus, la mère a nourri sa fille de malbouffe, ce qui l’a amenée à être en surpoids et à être moquée à l’école. En conséquence, lorsqu’elle atteignit l’âge adulte, elle oscillait entre ces deux extrêmes pour essayer de gérer la douleur.

La thérapie IFS cherche à rétablir le leadership du soi.

La thérapie IFS cherche à rétablir le leadership du soi. Chez un individu en bonne santé, aucune partie n’est réduite au silence. Chaque partie est entendue au bon moment, de la bonne manière, dans la bonne mesure, en ce qui concerne les bons objets, tout comme les différentes chaises et sections d’un orchestre bien dirigé.

Il est important de noter que, dans notre interprétation du modèle IFS, rien de tout cela n’implique une multiplicité d’âmes habitant le corps. Alors que les sous-personnalités peuvent agir de manière quasi-autonome, par exemple en parlant de leur propre voix en thérapie, les sous-personnalités ou parties ne jouissent pas de ce type de statut ontologique. Comme nous le voyons, les appeler «systèmes mentaux» implique qu’elles peuvent être redécrites comme un modèle d’interaction particulier entre les pouvoirs et les appétits de la personne humaine, y compris la raison, la volonté et les appétits concupiscibles et irascibles.

L’IFS et le Corps Politique Americain

Il y a eu divers diagnostics sur la montée en puissance de Donald Trump dans ce cycle électoral (de 2016). Alors que de nombreux comptes ont mis en évidence des facteurs importants, le modèle IFS peut fournir davantage d’informations.

La montée en puissance de Trump est mieux comprise comme la réponse d’un pompier. Les blessures, la honte et l’angoisse d’une partie importante des votants en cols bleus de notre pays est en manque de baume. Leur anxiété a une dimension à la fois matérielle et spirituelle. Le revenu médian réel des ménages ayant diminué au cours des deux dernières administrations, de nombreux électeurs estiment que leurs intérêts matériels ont été ignorés par les deux parties. Avec l’ascendant du libéralisme culturel et le sentiment accru qu’une gamme de croyances traditionalistes sur le monde est honteuse et ne doit pas être tolérée sur la place publique, de nombreux électeurs croient que leur vision du monde est attaquée. La domination de Trump sur les sondages et les primaires pour l’année dernière constitue une rébellion de ce groupe «en exil» contre l’establishment du GOP (le Grand Old Party: le Parti politique Républicain aux USA). Appelez ça «Tantrump».

Tantrump a commencé à se manifester comme une sorte de rage anxieuse contre les dirigeants du GOP, qui n’avaient pas réussi à dissimuler ces exilés. Le motif le plus courant de l’électeur principal de Trump était de voter contre ce qu’il ou elle percevait comme le système brisé et corrompu de Washington. Et, comme les pompiers psychologiques, Trump a promis des solutions rapides. Bannissez le politiquement correct. Construisez un mur. Interdisez l’immigration musulmane. Instaurer des tarifs élevés sur les produits chinois. Appelez les méchants des «terroristes islamiques radicaux» et menacez de tuer leurs familles.

Tout ce discours Politiquement Incorrect était enivrant au début. Plus les paroles de Trump étaient extrêmes, plus les élites des médias d’information et les chaînes d’information de 24 heures succombaient à leurs propres démons de pompiers. La tentation des grands classements et des biens matériels qui accompagnaient une couverture constante de Trump était forte. Cela a profité à Trump; selon une estimation, il a reçu pour deux milliards de dollars de couverture médiatique gratuite.

Au milieu de l’été 2016, l’Amérique se réveillait d’une gueule de bois après un an de Tantrump. Entrée d’Hillary Clinton. Elle avait réussi à repousser un pompier challenger dans sa gauche lors des primaires démocrates et à rassurer les exilés de sa propre coalition. Après avoir obtenu sa nomination, elle a agit en tant que manager. Sa rhétorique était empreinte de jugement, de critique et de blâme pour les comportements destructeurs du pompier. Dans ses récents discours, Tantrump a été blâmé de honte pour ses connotations peu recommandables de suprématie blanche, de racisme, etc.

Les possibilités de la politique pour guérir le corps politique

Une clé majeure pour guérir les personnes abîmées – et, selon nous, les corps politiques endommagés – est de permettre à chacune des parties de pouvoir être entendue et de prendre en compte ses besoins

La polarisation politique, comme la polarisation psychologique, est la preuve d’un système profondément endommagé. En thérapie IFS, le patient cherche à ré-intégrer soi-même à travers une gamme de techniques visant à rétablir le soi en tant que compatissant, à l’écoute, curieux et un leader et un intégrateur fort des différentes parties.

En conséquence, comme le note Dick Schwartz, un soi conduit de plusieurs manières spécifiques. Celles-ci comprennent le maintien de l’équilibre systémique par une répartition équitable des ressources, des responsabilités et de l’influence; veiller aux frontières entre les parties et s’assurer que chaque partie se sent valorisée, connectée et capable d’exprimer ses différences et ses problèmes; faire de la médiation avec les polarisations entre les membres en insistant sur l’importance de la confiance et du respect mutuels; et cultiver et maintenir une vision partagée du bien de la pluralité dans l’unité.

Par conséquent, une clé majeure pour guérir les personnes abîmées – et, selon nous, les corps politiques endommagés – est de permettre à chacune des parties de pouvoir être entendue et de prendre en compte ses besoins. Parfois, cela signifie négocier avec eux sur ce qu’ils recherchent et désirent vraiment. Souvent, les parties se manifestent de façon forte et défensive, demandant plus que ce dont elles ont vraiment besoin, car elles ont peur que vous essayiez de les tromper. La clé est que chaque partie sache qu’elle est valorisée à part entière, mais que la manière dont elle communique ses besoins crée un système dysfonctionnel. Les parties exilées expriment généralement un besoin réel, mais l’objectif peut être déformé et il existe souvent des moyens plus sains de répondre à ce besoin. La partie exilée doit pouvoir être entendue et le système doit être prêt à accepter ce qui s’est passé sans rejeter ou minimiser cette douleur.

La source d’action la plus profonde n’est pas le pouvoir et l’intérêt personnel mais l’amour – l’appétit d’aimer et de prendre soin des autres et d’être aimé et soigné

Nos fondateurs ont créé des institutions fédérales et étatiques grâce auxquelles les dirigeants peuvent poursuivre ces objectifs au niveau du corps politique. Mais nos élites politiques des deux partis sapent la capacité de nos institutions à arbitrer les besoins de leurs membres lorsqu’elles s’engagent dans les catégorisations grossières de la politique identitaire et divisent la population en blocs et l’incite à se mobiliser les uns contre les autres. Leur hypothèse sous-jacente vient de la psychologie Hobbesienne (de Hobbes), dans laquelle la recherche de pouvoir et d’intérêt au niveau individuel et social est la réalité fondamentale. Bien que ce ne soit pas entièrement faux, cela déforme finalement l’âme et la ville.

La source d’action la plus profonde n’est pas le pouvoir et l’intérêt personnel mais l’amour – l’appétit d’aimer et de prendre soin des autres et d’être aimé et soigné. Ceci est prouvé à maintes reprises dans la thérapie de traumatologie – et toute guérison de notre un système politique brisé doit procéder sur la base de cette vérité fondamentale à propos de ses parties.

Source en anglais : The Public Discourse 

  • Polarisation en IFS :  État dans lequel deux parties d’un système sont en relation d’opposition ou de compétition, de telle sorte que leur accès au Self ( au soi) est limité par la peur que le protagoniste ne prenne l’ascendant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>